Au pouvoir des mots

17 avril 2018

UNE ROSE AU PARADIS de Barjavel

    Dans un avenir proche, toutes les nations possèderont la bombe Universelle dite Bombe U. Et quand une bombe U explosera, toutes se déclencheront et la planète disparaitra sous cette puissance atomique. M. Gé, un homme mystérieux mais à priori riche et puissant, veut éviter d’en arriver là. Pour se faire, il décide de faire exploser dès à présent les bombes U afin d’éradiquer le monde tel qu’il est mais préserver l’existence de notre Terre. A des centaines de mètres sous nos pieds, il conçoit un abri géré par un... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 avril 2018

TOUT LE MONDE AIME BRUCE WILLIS de Dominique Maisons

    Actrice en vogue, Rose Century fait face aux aspects pervers hollywoodiens. Manipulée par son agent, errant dans un milieu saupoudré de blanche, surfant entre les harceleurs et les envieux, ignorée par un père riche et influant briguant un haut poste en politique, elle inonde les tabloïds de coups d’éclat et de vicissitudes dégradantes pour son image. Et pour l’image du cinéma. Et pour l’image de son père. Il faut que Rose disparaisse sans perturber les projets Hollywoodesques la concernant.Rose est en souffrance,... [Lire la suite]
02 avril 2018

LES MONADES URBAINES de Robert Silverberg

    En 2381, l’humanité s’agglutine dans des tours de trois kilomètres de haut. Les monades urbaines. La monade est un concept qui fut utilisé par Leibniz pour évoquer une structure complexe et fermée. Robert Silverberg reprend l’idée pour y enfermer huit cent mille personnes dans un monde qui en contient désormais soixante-quinze milliards.Chaque monade est hiérarchisée et compte des « villages » d’une quarantaine d’étages. Plus on monte dans les étages, plus on va vers l’élite de la société. On imagine les dirigeants... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 mars 2018

LE DICTATEUR QUI NE VOULAIT PAS MOURIR de Bogdan Teodorescu

  Parce que j’ai découvert de surprenantes lectures derrière des couvertures (très) colorées, je continue la prospection de cette jeune maison d’édition qu’est Agullo. Et si je trépigne devant la couverture (moins) colorée de ce nouveau titre qu’est Le dictateur qui ne voulait pas mourir, c’est que je veux encore être déconcertée, interloquée, abasourdie, oh oui, Bogdan Teodorescu, fais-moi du bien !Il était une fois un vieux dictateur qui, après une longue vie à écraser son peuple consentant, traîne ses derniers jours sous... [Lire la suite]