Cette année Au Pouvoir Des Mots est partenaire du Trophée Anonym’us !
Je sens bien que tu es content pour moi mais tu te demandes de quoi il s’agit. J’y viens petit impatient !

13901387_10208941006895573_6157670776626424258_n

 

Le Trophée Anonym’us est un concours de nouvelles créé il y a 3 ans par Eric Maravelias et Anne Denost. Le principe est assez simple et je pense que même en cette fin de mois d’août où les cerveaux marchent au ralenti, tu vas pouvoir en saisir le fonctionnement.
Cette année, 27 auteurs (édités ou pas, on aime tout le monde chez Anonym’us) vont devoir écrire une nouvelle de 15000 signes maximum. Alors pas portnawak non plus, le genre de la nouvelle doit voguer entre polar et texte noir, ne t’attends pas à croiser un Christian Grey claquant son fouet cheveux au vent.
Ces nouvelles, tu pourras les lire ici même ou encore sur le site Anonym’us au fil des mois à venir MAIS tu ne sauras pas qui a écrit quoi ! Et c’est là, le côté excitant de l’affaire, est-ce que tu le sens ce côté excitant de l’affaire (même sans le fouet) ?
 PUIS, un jury (dont je suis j’te f’rai dire) votera à l’aveugle pour la meilleure des 27 nouvelles.

Qui sont les auteurs bravant cet affrontement à la cécité scribique* ?
Je te propose d’aller directement sur le site pour les découvrir parce que 1/ ça m’évite de taper la liste ici, c’est quand même rébarbatif, 2/ tu pourras aussi trouver des liens vers des avis de lectures sur les oeuvres déjà écrites par les participants et 3/ ça sera l’occasion d’en apprendre plus sur ce Trophée. Et pendant que j'y pense, si tu habites sur Facebook, tu peux aussi glaner de l'info sur la page Facebook du Trophée.

Qu’est-ce qu’on gagne ?
Toi ? Rien, si ce n’est le plaisir de découvrir des plumes noires de qualité.
L’auteur gagnant, lui, recevra une statue d'argile réalisée par Eric Maravelias qui lui sera remise au festival des Pontons Flingueurs, à Annecy, en juin. 

Je te donne donc rendez-vous prochainement pour lire la première nouvelle !
Tu peux retourner à ton château de sable.

*j’écris ce que je veux