9782260029229

 

RENTREE LITTERAIRE

Augustin vient de divorcer, sa maison est en vente, cette maison dans laquelle il s’était tant investi, cette maison dans laquelle il pensait vivre ses derniers jours. Augustin est un écrivain en fuite, bouleversé par les allées et venues des déménageurs, il entasse dans le coffre de sa voiture des tas de tout, des tas de rien, des photos, des dossiers, là une cafetière, ici quelques couverts. Il fuit dans sa voiture. Déphasé. Déconnecté de sa vie.
Il fuit pour aller à la rencontre d’un passé douloureux, parfois violent, souvent incompris, pour aller vers cette mère qui a pondu dix enfants, trop d’enfants pour les aimer tous. Cette mère déchue par une société qui lui avait tout donné et qui l’a mise à terre par une expulsion. Expulsée de son logement. Expulsée d’une vie de nantis. Il veut écrire sur sa mère.
Et puis, il y a Sarah, cette femme qui jaillit dans la vie d’Augustin, qui s’y installe et qui y reste.

On arrive innocents et confiants sur la terre et on peut être de la sorte sanctifiés ou condamnés par sa propre mère avant même d'avoir pu envisager ce qu'on allait faire de notre vie. Et le comble, voyez-vous, c'est que nous allons traîner ce boulet jusqu'à la fin quand bien même nous avons acquis la conscience d'avoir été jugés par une imbécile. On ne dira jamais assez le poids des mères.

Je suis entrée plutôt facilement dans ce récit aux allures de chemin rédempteur. Cet homme perdu dans sa propre vie et qui veut comprendre, qui veut pardonner. Trouver dans son passé le souffle qui allègera son présent. J’ai aimé Augustin l’homme errant, rencontrant des gens, les observant de l’œil naïf de celui qui n’a jamais pris le temps de poser un regard, Augustin, l’homme perplexe, celui qui suit une route au gré des idées qui lui traversent l’esprit. Oui, je suis entrée plutôt facilement dans les mots de Lionel Duroy. Puis je me suis lassée. Au fil des pages, l’histoire d’Augustin m’a lassée, vivre avec lui sa famille éclatée a fini par m’ennuyer, c’est long et Augustin peu actif. Il se laisse porter, il est contemplatif de toutes choses et à la longue un peu chiant. Je comprends bien qu’on a là un homme en création, un livre pour exorciser un passé lourd, je comprends la respiration apportée par une Sarah actrice de la refonte d’un égo désaxé, et je reconnais le talent de l’auteur à faire vivre ses personnages avec autant de légèreté que le fond peut-être plombé. Mais les nombreuses pages m’ont usée et j’ai perdu mon intérêt de départ.
Peut-être devrais-je retenter cet auteur. Plus tard. A un moment plus adéquate.

Julliard (2016)
352 pages


L’AUTEUR

Lionel Duroy est l'auteur de plus d'une douzaine de romans dont Écrire, Le Cahier de Turin, Des hommes éblouissants, Trois couples en quête d'orages et Priez pour nous, ces deux derniers ayant été adaptés pour le grand écran. En 2010, son roman Le Chagrin a reçu le prix François-Mauriac, le prix Pagnol du roman d'enfance, le prix Marie-Claire du roman d'émotion et le prix des lecteurs de la ville de Brive. Depuis, il a publiéColères, L'Hiver des hommes (prix Renaudot des lycéens 2012 et prix Joseph Kessel 2103), Vertiges et Échapper.