1425-cover-forest-583eb8ae1f86b

 

Nell et Eva sont deux sœurs de dix-sept et dix-huit ans, elles ont grandi dans cette maison au cœur de la forêt avec leurs parents. Une jeunesse heureuse et hier encore, elles rêvaient d’Université et d’école de danse prestigieuse. Mais c’était hier.
Aujourd’hui, leurs parents ne sont plus, et le monde se meurt à son tour. Une crise mondiale qui doucement a apporté le chaos. Crise politique peut-être, crise énergétique sûrement, des populations décimées par des virus obscurs, plus d’électricité, plus d’essence. Les deux sœurs se retrouvent isolées au cœur de leur forêt.

Nous sommes cernées par la violence, par la colère et le danger, aussi sûrement que nous sommes entourées par la forêt. La forêt a tué notre père, et de cette forêt viendra l'homme – ou les hommes – qui nous tueront.

Je ne dirai pas que Dans la forêt est un roman post apocalyptique, après tout, on ne sait pas vraiment ce qu’il se passe au dehors, au-delà de la forêt. Ce qui nous tient, c’est le lien entre ces deux jeunes filles livrées à elles-mêmes, leurs attentes vaines, la survie à court terme qu’il faudra repenser à long terme. Ce qui nous touche, c’est cet acharnement qu’à Eva à danser chaque jour, sans musique, des heures entières pour rester vivante, pour s’accrocher à sa réalité du passé qui tend à s’estomper. C’est ce journal que tient Nell, ce lien aux mots, la lecture d’une encyclopédie pour rester au contact d’un monde qui n’existe peut-être plus. C’est le focus mit sur les besoins du quotidien que nous ne voyons plus du haut de nos vies d’hyperconsommateurs. Que notre dépendance matérielle en est effrayante ! Et puis ce roman, c’est un poème d’amour, entre tragédies et bienveillance, une ode à la nature aussi, un retour aux sources de l’humanité, la forêt comme personnage central. Couvante, protectrice, mère nourricière.
Dans la forêt a été publié aux Etats Unis en 1996, aujourd’hui, Gallmeister nous permet de (re)découvrir cette merveille littéraire que je te conseille vivement de lire pour te faire du bien.

Gallmeister (2017)
301 pages

 

L’AUTEUR

Jean Hegland est née en 1956 dans l’État de Washington. Après avoir accumulé les petits boulots, elle devient professeur en Caroline du Nord. À vingt-cinq ans, elle se plonge dans l’écriture, influencée par ses auteurs favoris, William Shakespeare, Alice Munro et Marilynne Robinson. Son premier roman Dans la forêt paraît en 1996 et rencontre un succès éblouissant. Elle vit aujourd’hui au cœur des forêts de Caroline du Nord et partage son temps entre l’apiculture et l’écriture.