ob_9859b7_9782226330000-j

 

Le vieux chasseur disait que là-bas tout s'inverse. Que les pyramides se dressent sur leur pointe, que l'eau monte au ciel, que les oiseaux marchent et qu'il faut remplir ses poches de cailloux pour garder les pieds sur terre. Il disait qu'à l'équateur le monde tourne à l'envers, que les rêves sont vrais et les vérités si solides qu'on les trouve en pépites dans des mines de sable. L'air y est si léger qu'il n'arrête plus le regard et on peut voir à des miles de distance.

Fin du XIXème siècle.
Pete Ferguson est un homme en fuite. Il fuit le Nebraska. Il fuit la justice, l’armée, il laisse là sa famille et, pense-t-il, ses démons. Écorché, taiseux, dépressif, il avance. Il traverse les grands espaces, chasse le bison, sème la mort, il avance.
Ce roman est une quête. Un grand voyage. Un voyage dans les contrées les plus sauvages, d’un village isolé dans le fond du Mexique jusqu’à la forêt épaisse et moite de l’Amazonie, s’attardant non loin des bagnes de Cayenne. Un grand voyage intérieur à sonder ses peurs, à lutter contre la folie d’un passé phagocytant la volonté d’un avenir. Quel avenir ?
Ce voyage est ponctué de rencontres toutes plus improbables les unes que les autres, allant de chasseurs véreux à des révolutionnaires trop ambitieux. Une galerie de portraits des plus hétéroclites. Des personnalités dépaysantes, des sages, des fous, des blasés, un tatoueur inénarrable, un village de femmes. Des rencontres qui donnent la route à suivre. Jusqu’où ? L’Équateur ? Et puis, cette rencontre-là, celle qui pourra peut-être permettre à Pete d’accepter. D’aimer ?
Antonin Varenne nous offre un vrai roman d’aventure, de poussière et de sueur. Le rythme est soutenu, le voyage est fatigant, la route est passionnante. Pas de lassitude, pas d’ennui, tourner les pages encore. J’avais aimé Battues, j’avais été impressionnée par CAT 215 et une première immersion en Amazonie ; avec Équateur, je suis convaincue par cette plume géniale.
Un beau moment de littérature, dans un mouvement qui t’emportera.

Albin Michel (2017)
340 pages


L’AUTEUR

Antonin Varenne vit dans la Creuse et consacre désormais son temps à l’écriture.
Après Fakir en 2009, Antonin Varenne remporte les prix Quais du polar-20 minutes 2012 et le 8e Prix Jean Amila/Meckert 2012 pour Le mur, le Kabyle et le marin.
Trois mille chevaux-vapeur est lauréat du prix littéraire de l'Archipel, "récits de l'ailleurs", Saint-Pierre et Miquelon, 2015. Battues (2015) et CAT 2015 (2016) sont publiés chez La Manufacture de Livres.