Days

 

Tout se vend. Tout s’achète.
Days est le plus grand centre commercial du monde.
Seule une classe aux revenus suffisants peut y entrer, si tu n’as pas une des cartes sésames, tu te contenteras de lécher les innombrables vitrines vivantes qui longent les façades démesurées du gigastore. Atteindre les rayonnages, le rêve d’une vie ! Pouvoir consommer à outrance, telle est l’ultime réussite sociale dans le monde dystopique créé par James Lovegrove.
Un monde dans le monde. Days a sa propre force de sécurité, ses propres lois, ses dirigeants qui règnent du haut de leur tour d’ivoire. Days est un magma de personnes se ruant sur des ventes flash au péril de leur vie, écrasant l’autre pour accéder à une cravate, à un tire-bouchon ou une boîte d’allumettes. Days c’est le temple de la superficialité, l’abrutissement des masses, une forme de déshumanisation au profit d’une poignée d’hommes. Ici, sept hommes, sept frères dirigent cet univers du superfétatoire, déconnectés du monde d’en bas, manipulant des pantins décérébrés, obsédés par la possession matérielle. Par le rien, le futile, l’inutile. Des pantins prisonniers volontaires.

Les clients sont des moutons, qui s'attendent à être traités en moutons. Traitez-les royalement, et ils ne vous en voudront pas lorsque vous les tondrez.

Une anticipation efficace qui n’est pas sans rappeler 1984 ou Le meilleur des mondes. Tu changes le décor, tu remplaces Big Brother par les frères Days mais tu retrouves les mêmes âmes heureuses de ne plus penser par elles-mêmes, manipulées sans en avoir l’air, dépendantes consentantes. Et à bien y regarder, se ruer sur un produit en écrasant son voisin quand arrivent les soldes, est-ce vraiment de la fiction ? C’est bien là que ces romans qui se veulent d’anticipation alertent et effraient.
Le lire dégrippera ta pensée, en plus d’y prendre du plaisir.

Ecrit en 1997.
Bragelonne (2005)
475 pages

 

L’AUTEUR

James Lovegrove est un romancier britannique de science-fiction spéculative, fantasy et horreur. Son premier roman, The Hope, est publié en 1990 par Macmillan. Il a été nominé pour le Prix Arthur C. Clarke en 1998 pour son second roman, Days. La plupart de ses romans ne sont pas encore traduits en français.