l-obscure-clarte-de-l-air-1141354036_L

 

 

David Vann est surprenant.
David Vann est passionnant et passionné. Passionné par la mythologie grecque, obsédé par le mythe de Médée qu’il a découvert au début de son cursus universitaire. Il se dit influencé par les grecs, ses œuvres sont des tragédies grecques. Il y a quatre ans, il tente alors de faire revivre Médée après y avoir pensé vingt-cinq années durant. Et c’est ce texte puissant qu’il nous offre dans L’obscure clarté de l’air.

Née pour détruire les rois, née pour remodeler le monde, née pour horrifier et briser et recréer, née pour endurer et n’être jamais effacée. Hécate-Médée, plus qu’une déesse et plus qu’une femme, désormais vivante, au temps des origines.

Dans la mythologie grecque, Médée est une magicienne, fille du roi de Colchide Aiétès. Elle aida les Argonautes, et notamment Jason dont elle tombe amoureuse, à voler la toison d’or à son père. Elle s’enfuit par le fleuve avec eux en emmenant son frère qu’elle tua et coupa en morceaux pour les jeter à l’eau afin de retarder le roi qui, les poursuivant, voulait récupérer chaque part de son fils.
C’est sur l’Argo, l’embarcation des Argonautes que débute le récit de David Vann. Rien de l’horreur de ce voyage nous est épargné, parce que Médée n’a pas de limite à sa folie, parce qu’elle est emportée par ses désirs de grandeur, parce qu’elle se veut au-dessus de tous. Elle baise les morceaux de son frère, les chérissant et les jetant à l’eau avec la rage au ventre, elle se vautre dans les humeurs pestilentielles de celui avec qui elle jouait enfant, elle attire à elle Jason qui n’est que sueur et animalité pour qu’il la prenne au milieu des viscères en décomposition. Le ton est donné, Médée ne craint ni les hommes ni la mort.
 Cette femme, David Vann ne la fait pas magicienne, il la veut réelle, il la veut charnelle. Médée se moque des Dieux et se désole de la faiblesse des rois qu’elle croise. Médée est une manipulatrice, elle est prête au pire pour obtenir ce qu’elle veut. Et quand elle se sentira trahie, son désir de vengeance sera une brûlure pour qui elle touchera. Elle est l’enfer. Médée est une femme démesurément libre. Elle est sa propre limite. Elle est femme, elle sera mère, mais avant tout, elle est libre.
On retrouve la plume noire de David Vann, à la fois belle et violente. Il a fait ce voyage sur l’Argo, il y est, le lecteur y est. On a les odeurs de crasse et de mort. On a cette atmosphère lourde qui tire le ciel vers le bas et qui obscurcit l’air. Quand arrivera le moment de la vengeance ultime, toi aussi tu auras le goût du sang sur la langue…
Un récit puissant, je me répète mais comment le dire autrement. David Vann confirme ici quel grand écrivain il est.

Gallmeister (2017)
259 pages

 

L’AUTEUR

Publié en France en janvier 2010, son roman Sukkwan Island remporte immédiatement un immense succès. Il remporte le prix Médicis étranger et s'est vendu à plus de 300 000 exemplaires. Une adaptation cinématographique par une société de production française est en cours. David Vann est également l'auteur de Désolations, Impurs. Il partage aujourd'hui son temps entre la Nouvelle-Zélande où il vit et l'Angleterre où il enseigne, tous les automnes, la littérature.
Et par là, retrouve Sukkwan Island, Dernier jour sur terre et Aquarium.