30 novembre 2017

ÉCOUTEZ NOS DÉFAITES de Laurent Gaudé

    Écoutez nos défaites. Écoutez vos défaites, vous, les maîtres de guerre qui avez fait l’Histoire. Toi, Hannibal, qui n’hésiteras pas à sacrifier quarante-cinq mille hommes en quelques heures pour te faire craindre du peuple romain, te sens-tu vainqueur ? Toi, général Grant que l’on surnommera « le boucher » et qui feras couler le sang des confédérés durant la guerre de sécession, te sens-tu vainqueur ? Et toi, Hailé Sélassié, empereur d’Éthiopie qui résisteras à Mussolini en regardant les tiens... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 novembre 2017

ANONYM'US nouvelle 10 : A l'intérieur

  A L'intérieur   55. Des chiffres blancs sur fond bleu. Une plaque bon marché, gravée de simples lignes effacées par le temps. Malgré son apparente banalité, Claire ne peut en détacher son regard. Elle connaît ce numéro, elle en est persuadée. Dans de lointains souvenirs, elle le voit se fondre dans un décor flou. Ses paupières se ferment, à la recherche de son passé. — Putain, mais qu’est-ce qu’il fout, ce con ? J’ai pas payé deux cents balles pour poireauter au milieu d’une rue déserte ! Claire ouvre... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 novembre 2017

ANONYM'US nouvelle 9 : L'envers du décor

  L'envers du décor   — Thomas ! Le hurlement désespéré de Mel se perdit dans un vacarme assourdissant de tôles froissées. Thomas aurait voulu la serrer dans ses bras, lui dire qu’elle ne devait pas s’inquiéter. Mais il n’en eut pas le temps. Tout se passa à la fois si vite, sans qu’il puisse réagir, et si lentement, chaque seconde semblant durer une éternité. La douleur envahit le moindre recoin de son corps, pour disparaître aussi soudainement qu’elle était apparue. Comme si son cerveau avait finalement... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 novembre 2017

L'ÉTÉ DE KATYA de Trevanian

    Nous sommes à l’été 1914, la Grande Guerre s’apprête, c’est pour bientôt. Un très bel été que cet été qui précède l’apocalypse. Jean-Marc Montjean est un jeune médecin tout juste diplômé qui revient au pays, à Sallies. Un petit village du Pays Basque. Une famille s’est installée là depuis peu, les Tréville. Appelé pour des soins, Montjean fait rapidement la connaissance de Paul Tréville et de sa sœur jumelle Katya. Ils vivent avec leur père dans une maison un peu à l’écart du village. La jolie Katya, si spontanée,... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 novembre 2017

ANONYM'US nouvelle 8 : Cinq mille

    Cinq mille   Nico s’asperge le visage de flotte. Il relève sa tête dégoulinante vers le miroir griffé des w.c.. Face à lui, un type mal rasé, SDF qui s’astreint chaque jour à un brin de toilette. Avec l’idée de ne pas couler. « Bon anniversaire ! », lâche-t-il comme on balance un pet. Sans fierté et dans le sens du vent pour ne pas être accusé. Sur sa carte d’identité, il a pris un an ; dans la rue, une décennie à peu près. Il a fondu, sa peau sculpte les os. Il a le teint livide, hormis les cernes... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 17:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 novembre 2017

LOIN DE CHANDIGARH de Tarun J. Tejpal

  Inde du Nord. A la fin des années 90, après quinze années de vie commune, le couple formé par Fizz et le narrateur se défait brutalement. Le livre démarre par ces mots : L’amour n’est pas le ciment le plus fort entre deux êtres. C’est le sexe. Quinze années durant lesquelles leurs corps se sont aimés. Quinze années de désir intense jamais assouvi. Chaque jour, ils s’étreignent, chaque jour ils jouissent des caresses de l’autre. Ils vivent une relation charnelle dans laquelle la présence physique de l’autre est vitale.... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 novembre 2017

ANONYM'US nouvelle 7 : Le chemin de croix

  Le chemin de croix   Ma mère est folle. Je le sais sans l’avoir jamais vue... Juste après ma naissance, en effet, on m’a laissé sur le pas d’une porte. Sur le quai d’une gare, ou tout comme. Le perron du centre d’action sociale, en réalité. Un bâtiment délabré à l’architecture caractéristique et aux fenêtres cernées de briques rouges. Des centaines de trains, à l’heure ou à la bourre, se sont certainement arrêtés là, jadis... Moi, je n’ai jamais pris le bon wagon. Abandonné, au seuil de l’état civil : Doe,... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 novembre 2017

LUMIÈRE D'AOÛT de William Faulkner

  C’est au mois d’août, étrangement, que pour la première fois j’ouvre un livre de William Faulkner. C’est un nom qui de façon récurrente me parvenait aux oreilles assortis d’adjectifs toujours élogieux. Il se trouve que Lumière d’août était sur mes étagères, depuis sûrement un bon moment, et il se trouve que j’ai eu l’idée éclairée de l’ouvrir. Incroyable découverte. Comment vous parler d’une œuvre si dense en quelques lignes ? Il y a tellement d’entrées dans ce livre ! Jusque là, seul Steinbeck m’avait fait cet... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 17:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 novembre 2017

L'OBSCURE CLARTÉ DE L'AIR de David Vann

    David Vann est surprenant. David Vann est passionnant et passionné. Passionné par la mythologie grecque, obsédé par le mythe de Médée qu’il a découvert au début de son cursus universitaire. Il se dit influencé par les grecs, ses œuvres sont des tragédies grecques. Il y a quatre ans, il tente alors de faire revivre Médée après y avoir pensé vingt-cinq années durant. Et c’est ce texte puissant qu’il nous offre dans L’obscure clarté de l’air. Née pour détruire les rois, née pour remodeler le monde, née pour horrifier... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,