19 août 2017

POURQUOI JE N'AI PAS ÉCRIT DE FILM SUR SITTING BULL de Claire Barré

  C’est un jour comme un autre pour Claire, elle est à table avec ses deux enfants et son mari. Et elle l’aperçoit. Il la regarde. Sitting Bull est là dans sa cuisine. Il restera près d’elle quatre jours durant. Que signifie cette apparition ? Pourquoi elle ? Pourquoi lui ? Dans ce livre pas comme les autres, l’auteure nous fait le récit de sa découverte d’un monde par-delà le monde, elle nous narre ses premiers contacts avec le chamanisme et ses premiers voyages pour l’ailleurs, quelque part en elle, quelque... [Lire la suite]

17 août 2017

C'EST LE COEUR QUI LÂCHE EN DERNIER de Margaret Atwood

  Stan et Charmaine vivent dans leur voiture, ça n’est pas très confortable, les odeurs corporelles emplissent l’atmosphère confinée, et non, vraiment Charmaine aime autant que Stan ne la prenne pas sur la banquette arrière. C’est une crise économique sans précédent. Il n’y a plus de travail. Que peuvent-ils espérer devant eux ? Et il y a cette pub à la télévision. Il y aurait un endroit, une ville dans laquelle chacun pourrait travailler et avoir un toit, un lit, une pelouse. A Consilience, le couple pourrait trouver sa... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 08:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 août 2017

Quand il faut claquer la porte.

  Elle ouvre la porte, se glisse dans la pièce. Elle n’y a jamais mis les pieds auparavant, c’est une nouvelle pièce. Prudente, elle reste sur le pas, elle veut y rester quelques temps, plus de temps que ça encore. Ne dit-on pas que chat échaudé craint l’eau froide ? Il est vrai que toute eau n’est pas celle qui a laissée les marques dans ses chairs, elle le sait, on lui répète, pourtant elle préfère rester sur ce pas de porte pour observer. C’est une grande pièce à explorer. Son regard va d’abord embrasser tout l’espace,... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 22:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 août 2017

CODE 93 d'Olivier Norek

  J’ai eu envie d’une lecture détente, un truc léger qui se lit sur ma terrasse avec au loin un bruit de tondeuse à gazon. Je tends donc la main vers mon étagère à trucs légers qui se lisent sur ma terrasse avec au loin un bruit de tondeuse à gazon. Je tombe sur Code 93 d’Olivier Norek qui m’a été offert il y a quelques temps maintenant par une amie lectrice passionnée (merci Céline). Un thriller. Découverte à moitié nue, sans vie et sans identité dans un squat de la commune des Lilas, en Seine-Saint-Denis, elle devait avoir... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 15:56 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 août 2017

Les Autres

  Depuis l’enfance, elle a un regard de biais. Du fond d’une classe ou lors d'un repas de famille. Tous les enfants ont ce regard, plus ou moins, celui qui appréhende dans un angle différent, celui qui apprend les codes sociaux en décryptant les gens, les personnes, les êtres qui se meuvent aux alentours, les autres. Elle a toujours cru trouver un ancrage commun à tous ces êtres, elle attendait de pouvoir adopter une attitude qui irait avec tous et qui enfin ferait qu’elle pourrait entrer dans le cercle social de... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 22:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 juillet 2017

MA COUSINE RACHEL de Daphné Du Maurier

  J’ai commencé par aimer la femme avant d’aimer l’auteure. Je l’ai découverte dans le roman retraçant sa vie écrit par Tatiana de Rosnay, Manderley for ever. Dans le même moment, sortait une nouvelle traduction d’un de ses plus grand succès dont Hitchcock fera un film, Rebecca, et je suis alors entrée dans une œuvre forte, au caractère marqué, j’ai pénétré l’univers de Daphné du Maurier. Récemment, j’ai lu qu’on avait adapté au cinéma Ma cousine Rachel, j’ai eu envie de le lire avant que le film ne sorte, et encore une fois,... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 10:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 juillet 2017

Tinder Surprise

Tu mates, tu zappes, tu cherches encore, ça matche, tu bois un coup, il n’a pas de grandes mains, il faut de grandes mains, que faut-il encore, il faut qu’il n’ait pas d’enfant, qu’il ait la cinquantaine, et tu le suis au resto mais les mains sont toujours trop petites, il faut du poil, il faut qu’il écoute, qu’il entende, qu’il sourit, il faut qu’il dédramatise, qu’il rit, on se revoit ?, non pas dans cette vie, et tu mates, tu zappes, et ça matche et il a de grandes mains, il pense qu’on doit s’aimer toute la vie, il dit qu’on est... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 14:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juillet 2017

DAYS de James Lovegrove

  Tout se vend. Tout s’achète. Days est le plus grand centre commercial du monde. Seule une classe aux revenus suffisants peut y entrer, si tu n’as pas une des cartes sésames, tu te contenteras de lécher les innombrables vitrines vivantes qui longent les façades démesurées du gigastore. Atteindre les rayonnages, le rêve d’une vie ! Pouvoir consommer à outrance, telle est l’ultime réussite sociale dans le monde dystopique créé par James Lovegrove. Un monde dans le monde. Days a sa propre force de sécurité, ses propres... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 19:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 juin 2017

DIEU PARDONNE, LUI PAS ! de Stanislas Petrosky

  Estéban Lehydeux revient. Il jure, il boit et quand il a bien bu, se plante le nez au ciel, se mouche dans les étoiles et il pisse comme je pleure sur les femmes infidèles et les autres, il baise, il baise beaucoup, il baise bien la moitié du bouquin, et il aime pas l’injustice et les connards, alors il va, tel un super héros en plus expéditif, sauver la veuve et l’orphelin et les âmes en perdition parce qu’il est l’envoyé du grand patron, il est Requiem, il est le seul curé à te donner l’extrême onction à grands coups dans... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 juin 2017

LA NUIT, JE MENS de Cathy Galliègue

  Il y a Mathilde, le vilain petit canard d’une famille qui brille en société, une âme rêveuse qui cherche un chemin où seuls le soleil et l’odeur de l’herbe sont nécessités. Mathilde est amoureuse. Elle est entrée dans la vie de Gaspard telle une rafale de vent frais, elle est son printemps perpétuel. Et elle aime Gaspard. Il y a Guillaume. Enfin, c’était il y a longtemps. Il y avait Guillaume. Son premier amour. Son obsession. Les années ont passé, mais pourquoi revient-il hanter ses nuits ? Guillaume a tenu sa... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,