05 août 2017

Les Autres

  Depuis l’enfance, elle a un regard de biais. Du fond d’une classe ou lors d'un repas de famille. Tous les enfants ont ce regard, plus ou moins, celui qui appréhende dans un angle différent, celui qui apprend les codes sociaux en décryptant les gens, les personnes, les êtres qui se meuvent aux alentours, les autres. Elle a toujours cru trouver un ancrage commun à tous ces êtres, elle attendait de pouvoir adopter une attitude qui irait avec tous et qui enfin ferait qu’elle pourrait entrer dans le cercle social de... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 22:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]

31 juillet 2017

MA COUSINE RACHEL de Daphné Du Maurier

  J’ai commencé par aimer la femme avant d’aimer l’auteure. Je l’ai découverte dans le roman retraçant sa vie écrit par Tatiana de Rosnay, Manderley for ever. Dans le même moment, sortait une nouvelle traduction d’un de ses plus grand succès dont Hitchcock fera un film, Rebecca, et je suis alors entrée dans une œuvre forte, au caractère marqué, j’ai pénétré l’univers de Daphné du Maurier. Récemment, j’ai lu qu’on avait adapté au cinéma Ma cousine Rachel, j’ai eu envie de le lire avant que le film ne sorte, et encore une fois,... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 10:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juillet 2017

Tinder Surprise

Tu mates, tu zappes, tu cherches encore, ça matche, tu bois un coup, il n’a pas de grandes mains, il faut de grandes mains, que faut-il encore, il faut qu’il n’ait pas d’enfant, qu’il ait la cinquantaine, et tu le suis au resto mais les mains sont toujours trop petites, il faut du poil, il faut qu’il écoute, qu’il entende, qu’il sourit, il faut qu’il dédramatise, qu’il rit, on se revoit ?, non pas dans cette vie, et tu mates, tu zappes, et ça matche et il a de grandes mains, il pense qu’on doit s’aimer toute la vie, il dit qu’on est... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 14:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juillet 2017

DAYS de James Lovegrove

  Tout se vend. Tout s’achète. Days est le plus grand centre commercial du monde. Seule une classe aux revenus suffisants peut y entrer, si tu n’as pas une des cartes sésames, tu te contenteras de lécher les innombrables vitrines vivantes qui longent les façades démesurées du gigastore. Atteindre les rayonnages, le rêve d’une vie ! Pouvoir consommer à outrance, telle est l’ultime réussite sociale dans le monde dystopique créé par James Lovegrove. Un monde dans le monde. Days a sa propre force de sécurité, ses propres... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 19:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 juin 2017

DIEU PARDONNE, LUI PAS ! de Stanislas Petrosky

  Estéban Lehydeux revient. Il jure, il boit et quand il a bien bu, se plante le nez au ciel, se mouche dans les étoiles et il pisse comme je pleure sur les femmes infidèles et les autres, il baise, il baise beaucoup, il baise bien la moitié du bouquin, et il aime pas l’injustice et les connards, alors il va, tel un super héros en plus expéditif, sauver la veuve et l’orphelin et les âmes en perdition parce qu’il est l’envoyé du grand patron, il est Requiem, il est le seul curé à te donner l’extrême onction à grands coups dans... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 juin 2017

LA NUIT, JE MENS de Cathy Galliègue

  Il y a Mathilde, le vilain petit canard d’une famille qui brille en société, une âme rêveuse qui cherche un chemin où seuls le soleil et l’odeur de l’herbe sont nécessités. Mathilde est amoureuse. Elle est entrée dans la vie de Gaspard telle une rafale de vent frais, elle est son printemps perpétuel. Et elle aime Gaspard. Il y a Guillaume. Enfin, c’était il y a longtemps. Il y avait Guillaume. Son premier amour. Son obsession. Les années ont passé, mais pourquoi revient-il hanter ses nuits ? Guillaume a tenu sa... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 juin 2017

DÉSHABILLONS L'HISTOIRE DE FRANCE de Gonzague Saint-Bris

  Amener Prosper au cirque, chatouiller le nénuphar, prendre à la hussarde, tirer sa crampe, forniquer, bourriquer, bref ! s’envoyer en l’air ! Voilà des siècles que le sexe tient une place prépondérante voire majeure dans les rapports humains allant jusqu’à influencer des décisions politiques majeures. Gonzague Saint-Bris nous déborde d’anecdotes parfois cocasses, quelques fois tragiques mais le plus souvent délicieuses sur les pratiques sexuelles des Grands de notre Histoire de France. On y croise des monarques... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 juin 2017

INHUMAINES de Philippe Claudel

  Nous sommes devenus des monstres. On pourrait s’en affliger. Mieux vaut en rire. Cette quatrième de couverture résume tout à fait le contenu de ce livre décalé. Et je comprends maintenant toutes les réactions épidermiques que j’ai lu ici ou là suite à cette lecture. Philippe Claudel dénonce les horreurs de notre société moderne d’une manière peu encline à l’indignation dépersonnalisée de M. Tout-le-monde quand l’actualité se veut violente. Tu sais, ces beuglements au scandale, ces « mais que font nos... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 juin 2017

DE CAUCHEMAR ET DE FEU de Nicolas Lebel

  Irlande. Quarante années de conflits, de guerres, de mises à mort. Certains parleront de guérilla, d’autres de guerre civile. Cela commence en 1966. Les gouvernements des deux Irlande se rapprochent, on commémore l’insurrection de Pâques de 1916 et une bombe explose à Dublin détruisant la statue de l’amiral Nelson, héros britannique. Un groupe armé anti-catholique est créé par les loyalistes et c’est le début de sanglantes années. C’est en 1969 que démarre l’histoire de Seamus, de Matthew et des autres  gosses du... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 17:56 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 mai 2017

Acouph'haine

(Cri IV - Christophe Hohler)   Je suis le noir. J’écarte l’œil encore, le corps vitré n’amasse que du noir engerbant mon crâne de tumeurs vicieuses. Annihilant la raison. Dedans, dehors. Le goût du vivre se sclérose. Lutte violente contre le pire. Parce qu’Il est chuchotant. Parce qu’Il est lancinant. Il déchire. Bruit éternel. Des cigales fallacieuses forcent mon oreille allant se repaître de matière grise. De vulgaires borborygmes méningés entêtants, tétant mon humus. Je suis sous vide. Le silence n’est plus. Le silence ne... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 12:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]