16 janvier 2017

ROUGE ARMÉ de Maxime Gillio

  Patricia, journaliste, enquête sur les personnes qui sont passées à l’ouest dans les années 60. Allemagne scindée par un mur de la honte que l’Histoire fera tomber en 1989. Tu t’en souviens, je m’en souviens. Patricia va s’approcher d’Inge dont la particularité aura été de passer à l’Ouest pour ensuite joindre à nouveau l’Est. Qui est Inge ? Que peut cacher son histoire ? Et Patricia, cette femme torturée par des démons qui la poussent vers sa déchéance, pourquoi s’accroche-t-elle à ce passé ? Pourquoi cette... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 07:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 janvier 2017

ANONYM'US nouvelle 17: Délia face au port

  Un port, une cagole, la Corse, le soleil,c'est la 17ème nouvelle du Trophée Anonym'us. *** Délia face au port   First time I shot her I shot her in the side Hard to watch her suffer But with the second shot she died Johnny Cash Delia marche dans la rue Fesch. Elle porte aux pieds une paire de richelieu vernis noire avec un talon de 9,5 cm. Ce ne sont que des Repetto mais elle prend garde aux interstices des pavés et aux merdes de chiens qui constellent le passage de la rue piétonne et pourraient abimer ses... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 15:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 janvier 2017

ANONYM'US nouvelle 16: Javel

  And the numbeur 16 is... ***   Javel   Hé, mon ami, on va continuer à chercher, dèh ! Tchoko-tchoko je vais le retrouver, ton fils.   Je n’aurais pas dû dire ça. À l’instant où j’ai vu Narcisse hocher la tête, se servir en silence un autre thé, j’ai réalisé que c’était une erreur. Pourtant, tandis que je marchais vers sa maison, passant tête baissée devant maquis bondés et enseignes de coiffure, j’avais étudié chaque mot. Pesé le pour et le contre. Entretenir l’espoir d’une issue heureuse ainsi... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 janvier 2017

LA DÉSOBÉISSANTE de Jennifer Murzeau

  Paris, 2050. Le monde est suffocant, l’air vicié, les rues emplies d’une violence difficile à contenir. L’homme ne travaille plus, il consomme. Et là, sous ce ciel que le soleil traverse péniblement, Bulle découvre qu’elle est enceinte. Un enfant dans le chaos, a-t-elle le droit de le vouloir ? Les répressions ne dissuadaient plus, le désespoir était tel qu'elles abreuvaient au contraire l'envie de détruire. Réchauffement climatique, pollinisation absente, des dômes d’air sain pour les nantis, l’air toxique pour les... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 08:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 janvier 2017

UN LONG DIMANCHE DE FIANÇAILLES de Sébastien Japrisot

    Janvier 1917. Nous suivons cinq soldats français condamnés à mort. Ils sont trainés dans une tranchée, meurtris par le froid, bouffés par les poux, blessés dans leur chair. Cette nuit devrait être leur dernière nuit. La guerre terminée, Mathilde, une jeune femme déterminée, voudra comprendre ce qui s’est passé cette nuit-là, dans la tranchée Bingo Crépuscule qui a avalé l’homme qu’elle aime. Elle en avait dix-sept quand on lui a dit qu'il était perdu. Elle a pleuré beaucoup, parce que le désespoir est femme, mais... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 22:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 janvier 2017

Au Pouvoir Des Mots démarre aussi l'année 2017...

  Au pouvoir des bons vœux… Non pas que je veuille m’affranchir de cette tradition ancestrale qui consiste à sourire béatement pour sortir ces deux petits mots que sont « bonne » et « année », non pas que je fasse ma snobinarde à ne pas faire comme la majorité de bons français conservateurs des us et coutumes sacrés, non pas que je veuille m’extraire du troupeau parce que, figure-toi, j’aime regarder le troupeau, mais cette année je veux troquer ces deux petits mots somme toute assez banals par trois autres... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 16:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 décembre 2016

ANONYM'US nouvelle 15: Parkinson of a bitch

Et c'est alors que la 15ème nouvelle du Trophée fut postée par votre  ̶s̶e̶r̶v̶i̶t̶e̶u̶r̶,  ̶s̶e̶r̶v̶i̶t̶e̶u̶s̶e̶, servitatrice.   *** Parkinson of a bitch     La sonnerie de mon portable me colle un coup de taser. Ce n’est pas la première fois que je prends une telle châtaigne en plein sommeil, mais je ne m’y habitue pas. D’autant que cette nuit, je suis pris par surprise. J’étais sûr d’être tranquille en agrippant mon oreiller sur le coup de minuit. Les infirmières m’avaient affirmé que cette... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 décembre 2016

ANONYM'US nouvelle 14: La place du tueur.

Et ainsi vint la 14ème nouvelle du Trophée Anonym'us.   *** La place du tueur   LUNDI La routine grignote déjà le capital des fêtes de fin d’année. Adieu guirlandes et cotillons. Bonjour le stress. L’hiver s’épanche en flocons paresseux. La cohorte des passagers se rue sur le quai de gare en une masse compacte. L’immuable rituel matinal entraîne invectives et bousculades auxquelles Oriane ne prête qu’une attention distraite. Détachée de la foule, elle feuillette son carnet de notes comme on entame un long... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 décembre 2016

BIENVENUE A COTTON'S WARWICK de Michaël Mention

  Australie. A Cotton’s Warwick, il y a une terre rouge et brûlante, un sol stérile d’avoir été trop sucé, des mines essorées, abandonnées, du bétail décharné. A Cotton’s Warwick, au milieu de rien, dans l’Outback, on boit. De la bière, beaucoup de bière. On chasse le kangourou. On ne baise pas, il n’y a plus de femme. Ah si, il reste Karen. Mais on ne baise pas Karen, le Ranger Quinn y veille, alors on s’enfile Biba à la fraîche, en soirée. A Cotton’s Warwick, il reste l’abattoir, les trafics qui paient la bière, les haines... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 09:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 décembre 2016

ON SE SOUVIENT DU NOM DES ASSASSINS de Dominique Maisons

  Début du XXème siècle, Paris en sépia, les calèches sur le pavé et Max Rochefort qui écrit des feuilletons policiers pour le journal Le Matin. Une ambiance est créée, tu peux te mettre les images de la série Les brigades du tigre sur la rétine pour t’aider à l’intégrer, c’est bon, tu y es. Le narrateur est un certain Giovanni Riva, qui bosse aussi au journal et qui rêve d’écrire. Alors qu’il se retrouve au service de l’extravagant Rochefort, un meurtre des plus odieux va les entrainer dans une enquête à faire pâlir le... [Lire la suite]