26 juin 2018

LE DERNIER INVITÉ d'Anne Bourrel

    C’est la fin du mois de mai, le printemps se déploie, l’été arrive.La Petite court. Aujourd’hui, elle se marie. Les cigales crissent. Dans sa tête, la colère se mêle au bruit de papiers qu’on déchire. L’air est lourd, lesté des fragrances méphitiques des champs de bergamotes. Les cigales stridulent. La Petite court, elle s’éloigne de sa bourgade, quelque part dans le sud, elle court dans la garrigue, elle s’éclipse. Une fuite en avant, elle met à distance un passé qui s’impose. Qui s’incruste à son mariage. Un... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 février 2018

LES MAUVAISES de Séverine Chevalier

    Ils n’avaient pas peur, ils ne s’inquiétaient de rien, ils se mélangeaient à la pluie et au vent déblayant ce monde disparu, ils devenaient liquides et aériens et durs comme des roches, tout à la fois. Et ils se souriaient, de toutes leurs dents jaunes et mal rangées.On ne devrait pouvoir lire que des textes de cette force.Micheline a quinze ans, ses mains sont brulées par l’eau oxygénée qu’elle malaxe sur les têtes de clientes déjà trop péroxydées, son corps mutilé depuis l’enfance n’est plus qu’un vide à combler. À... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 17:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 janvier 2018

SIMPLE MORTELLE de Lilian Bathelot

  Quand elle arrive dans ce village reculé de l’Aude, Nicole a laissé derrière elle une vie. Des enfants déjà grands, une vie maritale sans relief. Quand elle arrive dans ce village pour prendre un poste d’institutrice, il pleut à verse, et Louis lui demande une cigarette, et Louis l’invite à se sécher, et Louis va l’emmener sur des terres dont elle ne pouvait soupçonner l’existence. Parce que ce roman est d’abord un roman d’amour, un roman sur l’exultation des corps, sur la passion entre deux êtres qui se vivent... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 septembre 2017

GLAISE de Franck Bouysse

  Bien choisir mes mots pour ne pas offenser ceux de l’auteur… Il y a cette route au pied du Puy Violent dans le Cantal, cette route qui part du village et qui remonte vers trois fermes. Trois familles, des âmes rompues par la vie, par la guerre, par les tranchées qui dévorent les fils et les pères. Ceux qui restent sont ceux qui feront subsister la terre, une terre exigeante, rude, une terre nourricière. Là-haut, les saisons se succèderont entre un labeur acharné et l’attente cruelle de nouvelles venant du front. Au loin, un... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:02 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 avril 2017

ÉCUME de Patrick K. Dewdney

  Quelque part en mer, le père et le fils. Marins pêcheurs, ils partent sur la Gueuse affrontant les éléments capricieux, sortant le navire en désespérance pour ramener quelques poissons à vendre à la criée, passant des réfugiés pour quelque argent salvateur. Pas de mots échangés, pas de regards, juste l’habitude des gestes qui s’usent, juste le roulis incessant, l’onde salée, la taule rouillée. Quelque part en mer, le père et le fils dans un huis-clos oppressant. Dès les premières pages, dès la première sortie en mer... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 18:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 avril 2017

SOUS LA NEIGE, NOS PAS de Laurence Biberfeld

  1985, Esther, jeune institutrice, quitte Paris avec sa fille pour s’installer dans un village de la Margeride, au nord de la Lozère. Un changement de vie, un autre regard, un autre souffle. Ici, le climat est froid et sec. L’hiver, on se réchauffe autour d’un feu de cheminée en écoutant le vent souffler sur les landes de bruyère. Les bêtes peuplent le plateau, les hommes se font rares. 2015, Esther se souvient. Esther se rappelle comment le village s’est assemblé autour d’elle, l’accueillant comme une fille, une nièce, un... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 20:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 septembre 2016

VAGABOND de Franck Bouysse

  Ils avaient tous écouté la musique de l’homme, qu’on appelait du blues et qui faisait comme un corps sans vie traîné par un cheval lancé au galop. L’homme erre la journée, l’homme joue du blues sur sa guitare la nuit. Une transe chaque soir comme s’il allait mourir demain. L’homme, cet homme, est le blues, sa vie est une chanson de blues, dans sa tête, la musique se cogne à ses humeurs noires. Il est un artiste abîmé dont la blessure traîne à se fermer, elle est là, toujours béante, prête à se déverser sur ce trottoir qu’il... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 19:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 juin 2016

CAT 215 d'Antonin Varenne

Les étoiles défilent comme dans un couloir entre les deux lignes noires de la forêt qui entourent le fleuve. Je devine les palétuviers des mangroves, dans l’eau encore saumâtre et soumise à l’influence des marées de l’estuaire. Marc est mécanicien, il a besoin d’argent. Il accepte de partir en Guyane où un ancien associé aux activités tendancieuses lui propose un job aussi singulier que démentiel. Une pelleteuse Caterpillar est tombée en panne au beau milieu de la forêt équatoriale. Situation délirante quand tu entrevois la densité... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 19:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 juin 2016

L'INVENTION DE LA NEIGE de Anne Bourrel

C’est un hiver trop froid. Pas de neige. Laure vient de perdre son grand-père, celui qui l’a élevée, celui qu’elle aimait par-dessus tout le reste, par-dessus sa mère, par-dessus son père, par-dessus son mari. Elle pleure. Et toujours pas de neige. C’est embêtant parce que Ferrans, son mari, décide qu’un séjour à la montagne l’aiderait à faire le deuil, que sur des skis, sa femme reprendrait goût aux choses de la vie. Mais il fait trop froid. Et Laure pleure. Et une aubergiste laisse trop trainer son lézard. Et un nouveau médecin... [Lire la suite]
Posté par aupouvoirdesmots à 07:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 février 2016

CLOUER L'OUEST de Séverine Chevalier

Parler de diamant brut pour qualifier le roman de Séverine Chevalier paraitrait cliché et pourtant, brut est bien un des premiers mots qui me vient. Karl est de retour au pays. Son pays, c’est le plateau des Millevaches, c’est le pays déserté, lieu élevé et vide et froid quand la neige s’en mêle. Karl revient après des années d’absence, des années où il laissa les siens sans nouvelle. Il a fui vers une vie moins rude où peut-être il allègerait le poids du passé. Et la bête rode toujours. La bête qui grogne dans son crâne, la bête... [Lire la suite]